C’est dans quelques heures qu’Éric Dupin comparaitra au Tribunal de la Grande Instance de Paris dans l’affaire qui l’oppose à l’acteur Olivier Martinez. L’acteur poursuit le blogueur pour un lien publié sur le site fuzz.fr, propriété d’Éric.


Recommandé par des Influenceurs

Ce lien ne fait que relayer une information qui se trouve en fait sur un autre site. L’information en question fait état d’une relation entre Olivier Martinez et une chanteuse australienne. L’acteur mécontent de ces révélations poursuit le blogueur pour 35 000 euros de dommages et intérêts.

Cette poursuite jette une ombre sur les sites comme fuzz.fr qui permettent aux internautes de publier et de relayer eux-mêmes les informations de leur choix. Jusqu’à quel point les agrégateurs d‘information peuvent êtres tenus responsables d’informations publiées ailleurs ? Une partie de la réponse sera connue demain. À suivre, bon courage et bonne chance Éric.
Plus d’informations ici et ici
.
Benoit Descary

5 COMMENTAIRES

  1. Ca ressemble tout de même fort à un bon gros lynchage populaire votre truc…

  2. « Ca ressemble tout de même fort à un bon gros lynchage populaire votre truc… »
    –> plutot une réponse du berger à la bergère….

  3. @Sharkey : Ouep, c’est en plein ça. La jurisprudence dans ce cas aurait, à mon humble avis, des conséquences désastreuses sur l’ensemble des principes de base de l’Internet.

    Je ne parle pas de liberté d’expression, car il y a quand même des limites à la diffamation, mais je parle de principe de partage d’information, du concept hypertexte et de connectivité entre les liens. Si Fuzz est reconnu coupable, qui empêchera des poursuites bêtes contre google ou autre? Imaginez un instant si la porte s’ouvre sur des poursuites, car ils auraient indexé une page qui contenait un lien qui retournait vers une page où l’on retrouverait l’acteur avec une chanteuse australienne ou encore pire, vers une page «J’aime pas Olivier Martinez»?

    Le Web est un formidable outil de communication et il ne faut surtout pas sous-estimer la force d’une communauté comme l’on fait M.Martinez et son avocat.

Comments are closed.