Depuis quelques années, les applications Web sont de plus en plus répandues et surtout utilisées par un nombre grandissant d’utilisateurs. Ces applications qui ne demandent aucune installation et qui peuvent être utilisées depuis n’importe quel PC modifient sensiblement notre rapport avec l’ordinateur.

L’internaute qui utilise quotidiennement ces nouvelles applications se détache non seulement des applications traditionnelles qu’il utilisait, mais aussi du système d’exploitation qui accompagne son ordinateur. La nouvelle plateforme commune à tous les utilisateurs du Net est évidemment le Navigateur. Un internaute néophyte sera en mesure d’utiliser ses applications Web sur Linux, Windows ou Mac. Par contre, cette même personne aura probablement de la difficulté à utiliser efficacement un traitement de texte sur un système d’exploitation qu’elle ne connaît pas.

Comme les applications Web sont identiques d’un système d’exploitation à l’autre, l’utilisateur modifie sa relation et son lien avec son système d’exploitation historique. Plus rien ne l’empêche d’utiliser un OS qui correspondra plus à ses attentes. À court terme, ce changement de comportement ne se fera pas ressentir dans les entreprises où Microsoft règne sans partage. La dynamique pourrait néanmoins basculer à long terme lorsque des étudiants actuels et futurs arriveront sur le marché du travail avec une perception totalement différente de la façon d’utiliser un ordinateur.

Il y a quelques mois, j’ai acquis un Mac. Jusqu’à présent, j’avais toujours possédé un ordinateur fonctionnant sous Windows. Un an avant de passer à Mac OS X, j’abandonnais Outlook au profit de GMail et Google Apps. Courriel Web qui fonctionne partout, travail collaboratif sur la suite bureautique Google Documents, mise en place d’un Wiki et sauvegarde de mes dossiers et documents sur Amazon S3 sont parmi les services Web que j’utilise quotidiennement.

La délocalisation des applications et des données vers ce que l’on nomme le « cloud computing » ont grandement facilité mon passage à la plateforme du Mac. Les applications Web que j’utilise quotidiennement sont les mêmes. La transition a donc été beaucoup plus facile tout en demandant un minimum de temps.

Évidemment, ce ne sera pas uniquement Windows qui souffrira de ces changements de comportements, mais comme sa base de clients est énorme, il sera sans doute l’un de ceux qui seront les plus touchés. Tout ça bien entendu au profit d’entreprises comme Google, Amazon ou Zoho qui s’affairent à construire aujourd’hui l’infrastructure des entreprises de demain. Et vous, pensez-vous que les systèmes d’exploitation perdront éventuellement leur influence au profit des applications Web?
Benoit Descary

14 COMMENTAIRES

  1. Salut, excellente analyse, merci 🙂

    Pour répondre à ta question, je pense que « tuer » est un bien grand mot. N’oublions pas que Microsoft possède également une branche web (Live), ils ont donc bien compris l’évolution et font tout ce qu’ils peuvent pour concurrencer Google et les autres (avec plus ou moins de succès…).

    je note aussi que Windows Seven, l’après Vista, changera de politique face aux logiciels pré-installés. Il semble que Seven soit dépourvu d’Outlook et autres logiciels de la gamme Windows pour être livré avec la suite Windows Live et tout ce qui va avec. Les grands perdant seront à mon avis les « logiciels » à proprement parler, non Microsoft.

  2. donc en fait, tu nous expliques que d’un côté tu as choisi de passer volontairement au Mac, et qu’en même temps tu as choisi de prendre toutes tes applis sur internet.. si bien que tu ne profits pas des avanatges de ton Mac…
    J’ai encore un peu de mal à comprendre !

    D’autre part, ton titre est assez raccoleur: tuer Windows plutôt que Microsoft aurait été plus juste. t’aurais eu un lecteur déçu de moins: moi !

  3. « Tuer Microsoft » était je pense une image puisque chez Microsoft on compte beaucoup sur les logiciels, davantage que sur les applications web. Pas de quoi qualifier cela de racolage.

    Pour ma part, je suis responsable informatique d’une entreprise et je pense qu’il va passer un peu d’eau sous les ponts avant que tous les utilisateurs en informatique adoptent les applications web, et ce, dans tous les domaines : travail, utilisation personnelle…

    En effet, je vois mal les secrétaires de mon entreprise dire demain on passe tout notre boulot sur les appli web… fusions de documents, publipostage : tout ça semble encore inaccessible et donc pose des contraintes pour franchir le pas.

    Certes, lorsque tout sera faisable, il risque d’y avoir un engouement pour ce mode de fonctionnement. Pour l’instant, je pense qu’on y est pas encore…

    Et puis, il y a les fameuses vieilles habitudes des utilisateurs ! Quand on est bien avec un truc que tout le monde utilise, c’est pas facile d’en changer. Demandez à un Windowsien averti de passer à xinux, ça risque de grincer un peu à cause des habitudes (et pourtant, tout est à gagner car Linux est gratuit).

    A mon sens, si un changement peut se faire c’est pas avant quelques années.

    Voila pour moi…

  4. Pour le coup je suis dans le même cas sur l’utilisation personnelle de mon PC. En revanche professionnellement on ne peut pas se permettre pour des raisons de sécurité d’héberger tous nos contenus sur un site tiers et je pense que ce sera comme ça pour beaucoup de société…

  5. @Moerell:
    pour être exact, et pqr ce que ce n’est pa sla même chose:
    Microsoft parie surtout un modèle logiciel internet pour ceux qui existe déjà, et sembel aborder le totu en ligne pour les logiciels de connectivité perso (voir live, et consorts)

    Et sinon:
    pourquoi un linuoftiens devrait-il abandonner son système windux éprouvé?
    –> parce qu’il trouvera une vlaeur ajoutée à le faire, VA supérieure en force d’incitation à la résistance naturelle auc hangement (offf, je le ferais plutôt.; demain !)

    Cela fait-il une différnece pour al secrétaire qu’elle accède au traietement de texte depuis internet plutôt qu’en direct ?
    –> NON non et non Donc elle changeront sans problème SI elels y voient un avantage !

    Le saas : asp par rappport à l’utilsiation en locale, c’est une problématique d’infrastructure et de gestionnaire de parc/ réseau.. pas d’utilisateur.

  6. Excellente question ! Je pense que nous sommes vers la route des applications « utiles » en ligne. Car les outils mise à disposition de nos jours sont prêt à assurer le service minimum (sous réserve que le navigateur en reste le gardien).

    La seule limite actuelle est le fameux « interpréteur » qu’il soit Java, Flash, SilverLight… ils ne sont pas encore prêts à absorber les grandes manipulations arithmétiques (3d avec un niveau de qualité « jeux » , calculs physiques, calculs mathématiques). Qui imagine de nos jours avoir un jeu en ligne d’une grande qualité graphique via les interpréteur actuels ? ou encore faire un rendu 3dsMax ?

    Mais ce temps viendra non pas seulement avec l’évolution de ces interpréteurs mais surtout avec la puissance calcul de l’ordinateur ET la capacité de l’OS a s’en faire un bon mandataire face aux périphériques.

  7. Effet, j’ai moi aussi commencé à migrer vers les appli Web office que j’utilise avec bohneur puisque accessible de partout. Comme bien des gens, j’ai un ordi à la maison (en fait j’en ai trois) et un au bureau. Et pour les tyrès nombreux enfants qui sont en garde partagé, pour eux également c’est intérrésant. J’aime bien pouvoir avori accès à mon budget familiale de partout. De la à prédire la fin des applications de Microsoft, je ne crois pas que ce soit demain cependant. Les couts d’accès à Internet reste très très cher (je paie 50/mois) ce qui est très cher.

  8. Comme le mentionne Moerell, le terme « tuer » Microsoft est une image. Évidemment, cette entreprise ne disparaitra de notre univers. Mais les applications Web auront un impact sur la façon dont nous utilisons nos ordinateurs.

    @Guillaume,

    Le fait que les applications Web ont facilité mon passage à la plateforme Mac OS X ne signifie pas que je ne tire pas profit des avantages du Mac. Bien au contraire, comme j’utilise mon Mac pour mon travail, je devais être rapidement productif, et ce, malgré cette migration. C’est là où les applications Web m’ont facilité les choses.

    @Moerelle

    Je suis totalement d’accord avec toi, ces changements prendront plusieurs années avant de s’imposer.

  9. Pour ma part je ne crois pas qu’il y aura un jour un changement complet vers les applications web. Comme Jayer l’a mentionné dans son commentaire, il y a un trop gros risque d’un point de vue sécurité. Je crois que nous devons prendre en compte plusieurs facteurs. J’approuve complètement l’utilisation de ces applications web pour un utilisation personnel, nous utilisons déjà tous ces réseaux sociaux et ces buzz qui fait en sorte que d’en utiliser un autre ne change pas grand chose pour nous. Mais d’un point de vue professionnel, je ne crois pas que les entreprises sont prêtes à faire le saut. J’ai déjà essayé dans l’entreprise dont je travail, mais fautes de ne pas assurer à 100% l’efficacité et la sécurité des données, l’entreprise aimera mieux acheter des licences coûteuses, voire même développer sa propre application, plutôt que d’utiliser Google Doc.

    Que pouvons-nous penser des possibilités futures? Des applications web venant d’un tiers (Google et autres) et pouvant nous assurer que nos informations seront sécurisés autant d’un point de vue externe (hackers, concurrents…) que du point de vue de l’hôte (Google…voulons-nous vraiment que Google connaisse sur quoi nous travaillons en ce moment?). Ou bien des applications web que nous hébergeons nous même, mais qui demande une certaine infrastructure, des ressources monétaires et humaines.

    Si nous parlons des grandes entreprises, ils auront probablement les ressources et les connaissances afin de garder leurs informations sécurisés, mais je doute que cela soit pareil pour les petites et moyennes entreprises, qui je le crois préférerons acheter leur logiciels et vivre avec les inconvénients que cela apporte. Faute de temps, de ressources et aussi de connaissances.

  10. c’est vrai ce que dit Guillaume, passer au Mac pour faire des GoogleApps on a du mal a voir le gain de productivité par rapport à utiliser un PC dans ce cas la.

    C’est comme passer du PC au Mac pour utiliser Photoshop. Une fois qu’on est dans l’outil, les différences sont vraiment minimes, à part le plaisir pour certain d’avoir un objet design et bien fini. Personnellement je trouve l’interface mac vieilli mal avec ses boutons colorés et des qu’on rentre un peu dedans finalement c’est vite confus.

Comments are closed.